Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le 26 septembre débuteront à Nérac les premières “rencontres Chaland” Yves Chaland était natif de cette région, qui lui rend ainsi un très joli hommage.

Avec Luc Cornillon,Francis Vallès, Jean-François Biard, nous sommes bien souvent questionnés sur nos rapports avec Chaland, sur la rencontre aux beaux-arts de Saint- Etienne, le groupe d’amis que nous y avions formé,. Pour beaucoup de ses aficionados, en s’adressant à nous ils viennent aux sources mêmes. Là on doit approcher le personnage au plus près, avec ceux qui ont partagé son intimité, ses débuts, ceux avec qui il est resté très proche jusqu’à sa fin prématurée, comment dessinait -il ? était-il déjà très fort? Il avait déjà son coup de pinceau ?.

Alors nous sommes bien sur les premiers sollicités lorsqu’il faut rendre un hommage, faire un dessin pour telle ou telle occasion, mais sommes nous les mieux placés pour le faire, je ne le crois pas.

Yves Chaland a influencé une part de la BD d’aujourd’hui et pour beaucoup d’auteur rendre un hommage graphique à celui qu’ils ont lu, qui, les a marqué, est un challenge et un plaisir.

Pour nous Yves Chaland était notre ami avant d’être le plus talentueux d’entre nous. Nos souvenirs ne sont pas ceux d’exégètes qui se seraient trouvés au plus près du génie, ayant grâce à une position privilégiée ,vu éclore les prémices de l’œuvre. Bien sûr il y  a des souvenirs de dessin sur des coins de table, mais ce sont surtout de bons souvenirs d’un groupe d’amis étudiants qui nous restent . Chaland (nous faisons partie d’une génération qui s’appelait encore par son nom de famille) Chaland je le vois dans son parka ou son blouson bleu arriver (tard) par le grand escalier de l’école. je le vois nous dire un lendemain de fête costumée,”je dois absolument retrouver une fille avec des moustaches de chat et des oreilles de Lapin”. Je nous revois Cornillon, Biard, Chaland et moi dans la Simca 1100 de Jean-François, bloqués en plein massif central par la neige, alors que nous nous rendions à Angoulême, derrière la vitre d’un improbable café de bord de route, à analyser la fréquence des flocons et leur grosseur.
Je le revois placarder aux Beaux -Arts un texte intitulé : « Beaujard est une merde parce que… » (nom de l’un de nos professeurs qu’il n’aimait pas on l’aura compris) texte suivi d’une liste démonstrative des qualités de l’enseignant. je me souviens des menaces d’ un professeur (talentueux celui-là) parce que nous avions transformé notre espace, que l’on nous demandait de “personnaliser” en Kommandantur.
 Je le revois  partager (modestement il avait bon appétit) les gâteaux  de type “etouffe-chrérien” que lui envoyait sa grande mère. Je me souviens de lui à table, commander dans les restaurants italiens du Lambrusco, car c’était d’après lui, le vin préféré de Spirou.
Je nous revois ,partis acheter le premier aérographe.Faire un essai chez le marchand Monsieur Neret, Yves se tournant vers le commerçant en lui disant” il ne marche pas”, et de l’autre côté du comptoir ,le brave homme, fixant la grande auréole sur le parka de Chaland qui tenait l’outil à l’envers. Je me souviens des premièrs courriers à Métal Hurlant ou, maîtrisant cette fois l’aéro ,il dessinait des fresques ,sur des lettres, simplement destinées à accompagner des planches ,lettres qui aujourd’hui feraient battre les collectionneurs en duels. Je le revois plus tard dans les bureaux de Métal Hurlant parlant à Dionnet en  l’appellant systématiquement  “Patron”  comme un ajusteur à son employeur.
 Je le revois chez lui ,Samantha sautant comme un ressort sur ses genoux pendant qu’Isabelle lui donne de la pomme à la petite cuillère, je m’arrête là, pour nous les choses deviennent vite d’une infinie tristesse.

Nérac lui rend hommage à partir du 26  27 et 28 septembre  2008, L’hommage à un enfant du pays qui profita bien peu de cette belle campagne, préférant rester enfermé à dessiner des planches.

Bien sûr nous y serons.

Partager cet article

Repost 0