Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 emperaire

L'homme qui sauva de l'oubli la mémoire des indiens Alakaluff de la terre de feu, était né le 20 mars 1912 à Semons dans l'isère. Mais c'est dans un autre coin du Dauphiné qu'il faut trouver l'origine de l'archéologue qui vécut deux ans sous le tchélos avec les derniers représentants de ce petit peuple que l'histoire allait bien vite balayer.

C’est un pays perdu,entre le Vercors et le Dévoluy, des roches torturées,des arbres noueux, des falaises calcaires surplombent les chemins encaissés qui y grimpent.Aujourd’hui lorsque l’on circule sur ces routes, au détour d’un chemin, un panneau indique une propriété viticole qui porte le nom du consul général,la Patagonie se rapproche. On traverse Châtillon en Diois, où Giono situe ses âmes fortes, et lorsque l’on est à Lus-La-Croix-Haute, à droite c’est le Beauchêne dont Giono nous dit: «c'est fait de ciel tout propre, de bon foin gras et d'air aiguisé comme un sabre. Baumugnes ! La montagne des muets, le pays où on ne parle pas comme les hommes».

Nous sommes au début du dix-huitième siècle, André Empéraire ,consul de Montamat le Haut, de la paroisse de saint Julien en Beauchêne,descend avec sa femme Dimanche Pinet vers l’église, aujourd’hui il marie son fils Claude. Claude épouse Suzanne Aupespin.

.De ce mariage vont naître deux fils, André comme le grand-père et Claude comme son père.

Tous deux feront souche dans ce pays du Beauchêne. Et qu’espère de mieux un homme de ces montagnes, que de voir prospérer son nom et survivre les siens?

.André épousera Marie Roux, et de cette union, après quelques générations, à l’aube du vingtième siècle va naître:Joseph Lucien Alexis Empéraire, dans la langue locale on dit José, mais c’est bien loin d’ici qu’il deviendra ,et en espagnol, le José Empéraire qui sauvera la mémoire des Alakaluffs ou plutôt des Qawasqars puisque c'est le nom qu'ils se donnaient..

Le deuxième fils Claude mariera Madeleine Grisal et de leur fille Marianne, descend votre serviteur, qui un jour, après avoir lu «qui se souvient des hommes»de Jean Raspail, tomba en Patagonie et boucla la boucle.

 

JT

article aussi publié dans le BLAP: "Bulletin de liaison des amitiés patagones".





Partager cet article

Repost 0