Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les gens qui font un métier artistique (se proclamer artiste m'a toujours gêné), sont passés par une sélection impitoyable, dans laquelle le petit facteur du don, de l'habileté de départ, jouait bien peu.

C'est la capacité à accepter le danger, à rester les talons dans le vide, sans possibilité de recul, qui est la clé de ces carrières .

 

Métier dont la finalité est de faire exister des désirs d'enfance, de les compenser, avec des moyens limités, qui n'aboutiront jamais vraiment, mais qui rempliront le temps qui est le notre, avec un élan à faire, qui ne s'amoindrit jamais. Privilège que toute personne qui doit travailler toute une existence, peut nous envier .

 

Il y a un moment, quelque soit le parcours, que la période de l'apprentissage fut très longue, laborieuse ou pas, que les expériences furent réussies ,douloureuses ou futiles (ce qui fut mon cas) ;Vient un moment ,où le temps devient compté. Et ce n'est pas la période la plus difficile, loin de là.

 

La piste devant s'éclaire davantage, peut-être parce que l'on distingue le bouton de la porte qui est au bout, alors qu'avant on n'en voyait même pas l'huisserie. L'échéance évite la dispersion . C'est un métier long, laborieux, qui prend du temps, et c'est justement la chose qui commence à manquer, donc on recentre son travail sur l'essentiel, on dit les choses qui étaient à dire, on pense à celles qu'il faudra réaliser absolument. On abandonne sans état d'âme là, où l'on aurait autrefois hésité , et c'est plus facile que l'on ne croyait de dire que ça on ne le fera jamais plus, mais que cela au contraire il faut aller plus loin. On jette un œil sur la poignée de la porte, au bout de la piste ...oui cela tiendra dans ce temps là .

 

 

 

article-blog-principe.jpg

Partager cet article

Repost 0